L’airsoft ressemble au Paintball, mais est beaucoup plus physique. Il est également un peu plus dangereux même si les répliques sont totalement inoffensives. En effet, les participants forment des groupes et s’attaquent entre eux. Puis, ils se tirent dessus avec des fusils à billes en plastique.

Étape 1 : les règlementations

Compte tenu de la nature quasi dangereuse de l’airsoft, des règles de jeu sont imposées. Tous les débutants doivent les apprendre. Cette activité, par exemple, est réservée aux personnes majeures. Les répliques sont proscrites pour les mineurs. Les questions de sécurité sont également très strictes, car les billes en plastique présentent des risques. D’où l’obligation de se doter d’un masque oculaire.

Tout le monde doit respecter et faire respecter ces règlementations dès lors qu’il veut intégrer la discipline. De même, vous ne pourrez pratiquer cette activité que sur des terrains privés, dans des associations ou des clubs ayant reçu une autorisation spéciale de l’administration concernée. Votre réplique, considérée comme une arme, ne peut être branlée dans un lieu public.

Étape 2 : Intégrer une équipe et connaître les accessoires

Tout le monde n’est pas un viseur né. Pour commencer donc, vous devriez trouver une association et l’intégrer. Les anciens vous intègreront dans une communauté de joueurs. Lorsque vous aurez atteint un niveau expert, vous pouvez vous enregistrer auprès de la fédération et accéder au titre de « joueur indépendant ».

Notez que les projectiles ont un diamètre de 6 mm en moyenne. Certains font 8 mm de diamètre, mais ils sont réservés aux experts. Ils pèsent entre 0,12 et 0,46 g pour le poids. Côté accessoire, vous devriez connaître toute l’armurerie : pointeurs lasers, lunettes de visée, visées tactiques, crosses, etc.

Étape 3 : Un entraînement obligatoire

Tir, distanciation, équipement… il faut s’entraîner lors de ses débuts. Le training doit vous aider à comprendre le fonctionnement général du jeu, mais aussi à maîtriser ses difficultés. C’est là que vous appreniez l’art de tirer et les techniques usuelles. Mais il faudra se baser sur celles des autres.

Évidemment, vous apprendrez à éviter les balles ou plutôt les billes d’airsoft. Eh oui, ils font mal. En plus, même si vous êtes bien équipé ou que vous saviez viser, sans entraînement, vous ne saurez pas jouer à l’airsoft. Il y a aussi les modes de jeux à mémoriser comme le deathmatch individuel et en équipe, le drapeau, le fort ou encore le GB/Pompe.

Étape 4 : Le perfectionnement

Après les entraînements, vous devriez vous perfectionner et développer une technique personnelle. Non seulement vous serez mieux équipé puisque vous saurez quelles sont les armes qui vous vont le mieux, mais vous saurez également comment les manipuler.

Vous devriez aussi apprendre à vous sécuriser et à sécuriser votre zone d’intervention ainsi que les bases :

  • Cible de 20 cm de diamètre au moins,
  • Distance de 20 mètres au moins,
  • Matière absorbante sur la cible,
  • Tir par salves (5 à 10 billes).

Étape 5 : Acheter ses propres matériels et répliques

C’est uniquement lorsque vous aurez obtenu une autorisation que vous devriez acheter vos matériels personnels et surtout vos répliques. Pour commencer, pensez à des répliques d’assaut courtes comme du SLV 36 Noir ou du FN Herstal P90. Les répliques de poings type Blackwater BW1911 R2 CO2 Blowback sont également disponibles ou les répliques AEG longues et celles pour snipers.

Certaines associations conseillent les achats en deuxième étape. Si vous bénéficiez d’un bon mentoring et d’un bon suivi, il n’y a aucun souci. Mais par mesure de sécurité, il est préférable d’attendre suffisamment longtemps avant de se doter de répliques personnelles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *